Le Musée Prive - Art Magazine

Affiche d’Un Dimanche à la galerie 2021 – 7e éditionJournée d’ouverture commune des galeries d’art sur l’ensemble du territoire français, la 7ème édition d’Un Dimanche à la galerie poursuit l’objectif initial de toucher un nouveau public, – ou trop rarement présent dans les galeries ; de rendre compte de la diversité des propositions artistiques des galeries en France ; et de faire connaître le rôle indispensable du galeriste dans la valorisation du travail des artistes.

Ce public élargi est notamment celui qui, avide de contact avec les œuvres d’art et des émotions qu’elles suscitent, s’était rendu dans les galeries lors des périodes de fermeture des musées. A travers cet évènement, le CPGA veut rappeler que les galeries contribuent toute l’année à l’offre culturelle française, et sont complémentaires des musées et centres d’art.

Cette édition 2021 sera relayée pour la première fois directement sur le nouveau site Internet du Comité professionnel des galeries d’art lancé pour l’occasion, grâce à une carte digitale des galeries participantes. Désireux de revenir au caractère festif de ce Dimanche d’unité, et d’attirer le plus grand nombre, les galeries ont été invitées à organiser un moment privilégié (rencontre avec un artiste, performance, goûter, etc.) dans le respect des mesures sanitaires.

Témoignage du dynamisme des galeries françaises, Un Dimanche à la galerie avait mobilisé l’année dernière 160 galeries du CPGA en septembre 2021 dans 20 villes de 10 régions. Cette participation exceptionnelle témoignait déjà, entre deux confinements, du message résolument optimiste des galeries aux côtés des artistes qu’elles représentent ; des milliers de visiteurs avaient répondu à l’invitation.

L’événement entre en résonance avec le Paris Gallery Weekend désormais piloté par le CPGA et qui se tiendra sur quatre jours en mai 2022.

https://www.comitedesgaleriesdart.com/actualites/un-dimanche-a-la-galerie/

Lire la suite...

Opera Gallery Dubuffet affiche de l'expositionOpera Gallery Paris présente du 4 novembre au 18 décembre 2021 une exposition entièrement consacrée à Jean Dubuffet. Une trentaine d’oeuvres retraceront plus de trente années de créations mettant en avant les périodes essentielles de l’évolution de la technique de cet artiste prolifique dont la pratique artistique a été marquée par une expérimentation constante à l’encontre des courants artistiques existants. La galerie de 1000 m2 de la rue du faubourg Saint-Honoré à Paris sera transformée pour l’occasion avec une scénographie immersive.
L’exposition débutera avec Arabe, gazelle et trois palmiers de 1948, période où l’artiste a entrepris un voyage au Sahara durant lequel il a souhaité s’affranchir de toute influence. Suivant une démarche de table rase, il a cherché dans l’isolement désertique un rien où tout peut se créer, selon les formulations du critique Gaétan Picon (1973). Il trouve finalement dans le Sahara une riche culture du désert : vivacité des coutumes et des costumes sur fond de matérialité et de minéralité du désert qui lui inspirent plusieurs peintures. Arabe, gazelle et trois palmiers est une gouache sur papier qui illustre bien cette période.

 

Lire la suite...

lagasse 6483441hArtiste renommé, Karl Lagasse s’est fait connaître en 2009 grâce à ses sculptures One Dollar. La même année, Artprice le classait parmi les dix meilleurs sculpteurs du monde de moins de 30 ans. En 2012, la publication new-yorkaise Farameh le citait parmi les cinquante meilleurs artistes contemporains qui tiraient leur inspiration des icônes américaines traditionnelles dans son ouvrage FOR WHICH IT STANDS: Americana in Contemporary Art. Plus récemment, lors de l’Art Paris Art Fair 2016, le président de la république française a personnellement félicité Karl pour le succès de son One Dollar de bronze de 2 mètres exposé au Grand Palais.

Karl a commencé son parcours artistique par des collages, à l’âge de 7 ans. Cette année-là, sa rencontre avec le sculpteur français César Baldaccini l’a poussé à poursuivre dans cette voie. Plus tard, il s’est aventuré dans le métro parisien, le tag et le graffiti devenant son mode d’expression de prédilection. Malgré tout, les collages restaient sa vraie passion. C’est l’artiste Yvaral Vasarely qui lui a suggéré d’intégrer ses tags à ses collages. En 2003, Karl préparait sa première exposition à Paris. Sa première exposition personnelle présentant ses Buildings s’est tenue en 2006, à la galerie Isy Brachot, à Bruxelles. Deux ans plus tard, Karl était de retour à Paris à l’Espace Pierre Cardin pour sa première exposition personnelle de peintures et de sculptures comportant des éléments vidéo et photographiques.

lagasse 6483441 4h


Par-dessus tout, Karl aime dévoiler ses nouvelles oeuvres lors d’expositions internationales : en 2011, au salon Art Monaco, il était représenté par la galerie Bel Air Fine Art, avec sa création Cryptogram One ; en 2012, il a présenté des One Dollar sur le thème « In God We Trust » lors d’une exposition personnelle à la galerie Artco France ; en 2016, son exposition personnelle à la galerie Atrium, à Marbella (Espagne), a été inaugurée par le maire de la ville qui a parlé de ses oeuvres à la presse internationale.

En 2010, Karl a été choisi pour représenter la ville de Deauville (Normandie) à l’occasion du championnat du monde équestre Horsemania, à Lexington (États-Unis), pour lequel il a réalisé une sculpture représentant un cheval en l’honneur de cette manifestation. De retour à Deauville, en 2012, Karl a offert à la ville Cryptogram One, bronze porteur d’un message de paix et d’amour, qui a été installé à l’entrée de la ville et inauguré par le maire, Philippe Augier. La même année, c’est en collaboration avec Corbis qu’il a réalisé une sculpture monumentale pour le soixante-cinquième festival de Cannes, en utilisant des photographies datant de 1945 à 2011 pour réaliser cette oeuvre qui a été exposée à l’hôtel Carlton, où les artistes présents au festival pouvaient la signer. C’est ce qu’ont fait notamment Alexandra Lamy, Gad Elmaleh, Bérénice Bejo, Marie Gilain, Michael Youn, José Garcia, Michel Hazanavicius, Nadine Labaki, Cuba Gooding Jr., Tim Roth, Matthew McConaughey et Zac Efron.

Lire la suite...

Photo Juliette © Georges DudognonHotel La Louisiane au coeur de Saint-Germain-des-Prés
Août / septembre 2021
GRECO À LA LOUISIANE

L’ exposition “Gréco à La Louisiane“ ouvre le premier chapitre des expositions qui seront présentées entre les murs de l’hôtel La Louisiane, 60 rue de Seine, VIe arrondissement de Paris,
du 24 septembre au 14 octobre 2021 et courant 2022.

Juliette Gréco, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Miles Davis, Michel Leiris, Albertine Sarrazin, The Doors, les Pink Floyd, Quentin Tarantino… La Louisiane « d’aujourd’hui » hérite de ce passé équivoque comme les nuits Parisiennes, mais toujours littéraire et arty.

C’est pour rendre hommage à Juliette Gréco, qui vécut sa jeunesse à l’Hôtel La Louisiane, que l’établissement accueille entre ses murs cette exposition intimiste en trois volets : une vingtaine de portraits d’Irmeli Jung et des photographies de Georges Dudognon, dont certaines inédites, côtoieront des objets et archives privées de Juliette Gréco prêtées par Julie-Amour Rossini, sa petite-fille.

La chanteuse a habité à La Louisiane au début des années 1950. Bien avant qu’elle ne s’installe dans son Hôtel particulier de la rue de Verneuil, Juliette Gréco a posé son baluchon au 60 rue de Seine, guidée par les conseils de Jean-Paul Sartre qui lui-même y résidait avec Simone de Beauvoir depuis 1943.

Lire la suite...

Eduardo Carvalho, photo de Folha de FrancaCe n’est pas si souvent qu’un artiste brésilien contemporain est à l’honneur au Louvre aussi l’évènement mérite-t-il d’être signalé. Si depuis 2004 le Louvre a ouvert ses portes à la création contemporaine, cela ne s’est pas toujours fait sans heurt. Il s’agissait pourtant jusque là de mettre au coeur des chefs d’oeuvres historiques des oeuvres d’artistes modernes et surtout contemporains plutôt bien connus pour montrer au public que le Louvre était un musée vivant. Ces oeuvres se sont alors imposées de manière pérenne ou éphémère, au grand dam des uns et sous les applaudissements des autres. Cette année, la grande institution poursuit sa démarche avec, une surprise de taille puisqu’elle offre ses cimaises à un jeune artiste brésilien de 29 ans, Eduardo Carvalho qui, nous l’espérons, gagnera dès lors en visibilité en Europe.
Né au Brésil dans le Minas Gérais, Eduardo Carvalho est un jeune artiste autodidacte qui a interrompu ses études à 11 ans pour soutenir sa famille et travailler comme ouvrier rural avant de devenir boulanger et partir à Franca en Espagne en 2012.
Rien ne le disposait à devenir artiste si ce n’est, depuis l’enfance, un don exceptionnel pour le dessin qui impressionnait tous ceux qui le rencontraient.

A Franca, le jeune boulanger reprend le dessin qu’il avait un peu délaissé et se rend compte que ses illustrations sans prétention attirent les regards. Il décide alors de travailler le dessin réaliste et passe courageusement un examen national de certification de compétences pour les jeunes et les adultes (ENCCEJA). L’un de ses dessins est retenu pour illustrer un recueil de poèmes du groupe auquel il appartient et le Théâtre Municipal de la ville lui propose d’exposer parmi d’autres artistes. Dès lors, son destin est tracé.
Il a participé depuis à plusieurs évènements artistiques à Franca mais aussi à Ribeirao Preto dans le Sud Est du Brésil (Sao Paolo) et, en 2020, il a été invité à exposer son oeuvre phare, Le regard du noir, à Paris, au musée du Louvre.

Rectificatif : Eduardo Carvalho ne sera pas présenté au Louvre par Martine Manfré Itzinger
A mon grand regret, il semblerait que le jeune artiste brésilien Eduardo Carvalho, dont j’avais évoqué le talent dans un précédent article, ne sera pas présenté au Louvre et récompensé à Paris comme je l’avais annoncé. La Covid 19, ou d’autres raisons inconnues, auront eu raison de ce projet.
Ne doutons pas pour autant qu’une belle carrière au Brésil, si ce n’est à l’international, seront au rendez vous et son jeune talent bientôt présenté comme il le mérite

Lire la suite...

Affiche Gustave Caillebotte FONDATION PIERRE GIANADDA MARTIGNY SUISSEGustave Caillebotte,
impressionniste et moderne
18 juin 2021 – 21 novembre 2021
Tous les jours de 9h00 à 19h00

L’exposition à laquelle nous invitent la Fondation Pierre Gianadda et Daniel Marchesseau, commissaire, a été reportée d’un an en raison de la pandémie qui nous a tous frappés. Elle sera présentée du 18 juin au 21 novembre 2021.

La Fondation Pierre Gianadda consacre sa grande exposition d’été au peintre trop mal connu, Gustave Caillebotte (1848-1894). Organisée avec Daniel Marchesseau, conservateur général honoraire du
Patrimoine, elle clôt le cycle consacré à l’impressionnisme commencé à Martigny en 1993 sous la direction du professeur Ronald Pickvance (1930-2017) avec Edgar Degas.

Cet hommage à Gustave Caillebotte, en forme de rétrospective, réunit quelque 90 toiles peintes entre 1870 et 1894 : un ensemble rare révélé au public grâce aux prêts essentiels consentis par plusieurs
musée européens : le Musée d’Orsay, Paris, le musée Marmottan Monet, Paris, le musée des Beaux-Arts, Rennes, le musée des Beaux-Arts, Rouen, le Petit Palais, Genève, la Fondation de l’Hermitage, Lausanne, le musée Van Gogh, Amsterdam, et le Museum Barberini, Potsdam ainsi que d’importantes collections privées européennes. Cette sélection souligne l’audace et la dualité picturale de l’impressionniste parisien le plus secret, disparu prématurément à l’âge de 45 ans en laissant un corpus d’oeuvres de moins de cinq cents toiles.

Lire la suite...

logo guy pieters gallery

pieters rops1h

pieters rops2h
FÉLICIEN ROPS Carnet mondain (mars) aquarel op papier 13,7 x 9,6 cm 1883 FÉLICIEN ROPS Carnet mondain (décembre) aqarel op papier 13,5 x 9,5 cm 1883

 

FÉLICIEN ROPS
208 DRAWINGS, WATERCOLORS AND ENGRAVINGS FROM A PRIVATE COLLECTION

Linda and Guy Pieters are pleased to invite you to the private view of the exhibition

Friday 6 August from 11 AM until 7 PM
Saturday 7 August from 11 AM until 7 PM
Sunday 8 August from 11 AM until 1 PM

MODIFIED PROGRAM DUE TO NEW COVID RESTRICTIONS

The Office at Guy Pieters Gallery
Zeedijk - Het Zoute 755
8300 Knokke-Heist
exhibition from 6 August until 12 September
Closed on Tuesday and Wednesday
T. +32 50 80 00 15 - knokke(at)guypietersgallery.com site : https://www.guypietersgallery.com/en/home

priking femme ailee mPRIKING Franz (1927-1979) "Femme ailée" huile sur toile dimensions 116 x 81 cm de Franz Priking signée en bas à gauche, ancienne collection Emmanuel David. Important artiste du XXème siècle découvert par le grand marchand Emmanuel David découvreur de Bernard Buffet. Cette oeuvre est une des plus importantes de l'artiste, très représentative du mouvement surréaliste et de la puissance du travail de Priking dont Emmanuel David disait de lui "C'est un poids lourd dans l'art comme Bernard Buffet"

Prix : 7500 € Contactez LE MUSEE PRIVE pour acheter cette toile importante dans l'histoire de l'art

Franz Priking (né Pricking) est un artiste peintre et lithographe né le 7 août 1929 à Mülheim (Rhénanie-du-Nord-Westphalie), mort le 10 juin 19791 à Oppède (Vaucluse).

Biographie

La sensibilité picturale de Franz Priking est éveillée dès son enfance par l'éducation d'un père ingénieur en métallurgie (mort en 1947) passionné de Renaissance italienne et d'art baroque.

Franz Priking aborde la peinture au terme d'études de philosophie, s'orientant tout d'abord vers une abstraction lyrique « révélatrice d'une sensibilité en quête d'elle-même ». Les séjours qu'il fait ensuite au Bauhaus de Weimar (1948) et à l'Académie des arts de Berlin (où il est élève de Max Pechstein entre 1948 et 1953 et où Karl Hofer fait l'éloge de ses dessins) lui révèlent, avec l'expressionnisme allemand, une forme d'art plus conforme à son tempérament. C'est durant cette période qu'à Berlin, par l'intermédiaire du peintre Hans Tombrock, Priking se rapproche de Bertold Brecht, vivant dix mois dans la proximité du dramaturge.

Lire la suite...

Nous ouvrons ici un des débats les plus difficiles du monde de l'art : Qu'est-ce qui fait le prix d'une oeuvre d'art, le fantasme, la réputation, la communication, la financiarisation, le prix élevé pratiqué par le marché dont les ventes aux enchères ou bien la qualité de la création, l'imagination, la sensibilité que nous transmet une oeuvre - Afin de vous permettre de réfléchir, je vous rappelle un principe essentiel qui doit animer votre réflection : ce que l'on nomme LA THESE , L'ANTITHESE qui doit conduire à LA SYNTHESE - J'ai sélectionné les 2 dessins ci-dessous afin d'illustrer ce propos. Posez-vous la question au plus profond de vous-même. Lequel de ces 2 dessins préférez-vous indépendamment du prix du marché. "Regarder et aimer avant d'acheter ..." comme nous le rappelle Martine Manfré Itzinger

Nous avons publié dans LIRE LA SUITE vos points de vue, vos réactions sur ce sujet que vous voudrez bien nous adresser par mail. Merci pour leurs textes à Martine Manfré Itzinger et Hervé Le Goareguer.

degas 45x34

mogniat duclos 45x28 2150

 Edgar Degas (1834-1917), Dans les coulisses, danseuse rajustant son chausson, fusain portant le cachet de la signature en rouge en bas à gauche, 45 x 34 cm.
Adjugé : 114 950 €

 Bertrand Mogiat-Duclos dessins 45 x 28 cm signé en bas à droite du cachet
Voir Exposition virtuelle Virtual Exhibition Mogniat-Duclos (1903-1987)
Biographie de Bertrand MOGNIAT DUCLOS
PRIX : 230 €
Lire la suite...

John Harrison Levee (1924-2017) Mixed technique, lacquer and collage from 1997 signed on the right side with the monogram JL and dated 97 dimensions 21 x 72 cm ( 8,30 x 28,4 in.) signed on the back and titled March I and dated 1997.

John Harrison Levee (1924-2017) Technique mixte, laque et collage de 1997 signé en bas à droite du monogramme JL et daté 97
dimensions 21 x 72 cm signé au dos et intitulé Mars I et daté 1997.

John Harrison Levee (1924-2017) Mixed technique, lacquer and collage from 1997 signed on the right side with the monogram JL and dated 97
dimensions 21 x 72 cm ( 8,30 x 28,4 in.) signed on the back and titled March I and dated 1997.

PRIX : 1000 EUR
Lire la suite...

les Journées Juridiques du Patrimoine
les Journées Juridiques du Patrimoine
Pour cette 21ème édition, les Journées Juridiques du Patrimoine reviennent le 15 novembre 2021 à la Maison du Barreau.

Reconnue formation continue obligatoire (FCO), la journée se déroule en deux temps, afin de réaliser une rétrospective de l'année juridique écoulée avant de se concentrer sur un thème précis. Sur chaque sujet interviennent successivement parlementaires, avocats, élus, représentants des administrations et des grandes associations concernées, tout en favorisant des échanges avec la salle.

Les conférences du matin seront consacrées à l'actualité législative récente qui touche au patrimoine et au paysage. Seront notamment discutés la loi Climat et résilience et le projet de loi 3DS. De plus, le sujet des éoliennes sera approfondi.

Cette année encore, nous organiserons la 5ème édition du prix Pierre-Laurent Frier. Le prix, remis en fin de matinée, vise à récompenser les meilleurs mémoires des étudiants de Master 2 en droit du patrimoine matériel et immatériel, culturel et paysager, évalués par un jury composé d'universitaires.

Quant au thème de l'après-midi, nos intervenants essaieront de répondre à la question suivante : « le droit pénal au secours du patrimoine et de l'environnement ? » afin de préciser la manière dont le droit pénal peut être utilisé pour faire respecter le droit du patrimoine et de l'environnement. Nous évoquerons également la question centrale du volontarisme du maire en amont et en aval de la sanction.

Lire la suite...

John Harrison Levee (1924-2017) Mixed technique, lacquer and collage from 1997 signed on the right side with the monogram JL and dated 97 dimensions 40 x 50 cm  ( 15,8 x 19,8 in. ) signed on the back and titled September II and dated 1997.

John Harrison Levee (1924-2017) Technique mixte, laque et collage de 1997 signé en bas à droite du monogramme JL et daté 97
dimensions 40 x 50 cm signé au dos et intitulé September II I et daté 1997.

John Harrison Levee (1924-2017) Mixed technique, lacquer and collage from 1997 signed on the right side with the monogram JL and dated 97
dimensions 40 x 50 cm  ( 15,8 x 19,8 in. ) signed on the back and titled September II and dated 1997.

PRIX : 1500 EUR

VOIR D'AUTRES TABLEAUX DE JOHN LEVEE A VENDRE : https://www.le-musee-prive.com/vente-oeuvres-art/vente-oeuvres-de-john-levee.html

Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

 

e mail musee prive

 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice