Lolochka 1989 huile sur tole 116x89cm nativité
Lolochka 1989 huile sur tole 116 x 89 cm nativité

Que la joie demeure

Construire des images qui déconstruisent les images archétypales et mettre le souffle , le changement permanent au coeur du tableau.
Donner à voir un instant dans sa respiration infinie voici ma folle ambition
la réalité apparaît ainsi en son morcellement dans le miroir de ma rétine comme de mouche !
reflet brisé en plusieurs morceaux, fractures de temps, êtres démultipliés, moments dérobés, rêves suspendus, futur entrevu...
Expressionnisto surréaliste peut-être ?
Peintre des remous de l'âme je peins pour trouver un équilibre, je peins pour voir où celà me conduit, je peins aussi pour m'éduquer ; au fur et à mesure que le tableau avance, n'osant rien que je ne puisse assumer !
Matisse disait " chacun de mes tableaux est une aventure" et bien c'est ainsi je peins en aventurière!
Les méandres de la pensée, les fluides, interstices de la mémoire et de la conscience m'emportent souvent puis quelque chose me retient, me freine, m'enserre le cou, je freine , m'attarde, romps le noeud, me libère d'un trait , d'une couleur, cours voir ailleurs , pourvu que je n'y sois pas ! Des images s'imposent tenaces, la volipté, l'amour, la conception, la maternité, là c'est en témoin que je peins de ma vie de femme...
Invoquer la sève de la vie en peignantces ombres errantes,visages,corps, femmes , famen âmes.
Naîtren grandir, aimer, vivre!
Respirer, aspirer, raconter, peindre!
Et surtout disparaître! Que l'ego, la conscience,la volonté plient enfin balayés par un souffle de vie puissant traversant mon corps et par mes doigts ailés dessinent en un jeu de formes et de couleur un ballet en forme d'une unique prière : " que la joie demeure !'

Lolochka

Lolochka Before the birth
Lolochka Before the birth

art panneauManifeste pour un art actuel face à la crise planétaire

Les analyses abondent de tous horizons pour changer nos paradigmes, nos valeurs, nos gouvernances politiques, économiques, sociales, écologiques, culturelles, locales aussi bien que planétaires et nos comportements individuels, pour repenser nos pratiques de santé publique, d’éducation, de commerce, revaloriser la société civile face aux logiques surplombantes de nos gouvernants. Tout y passe, contradictoirement souvent. Mais force est d’entendre le silence assourdissant d’un grand absent de ce concert d’appels urgents à mutations : l’art. Pourtant dans le domaine de l’art aussi, la « normalité » qui nous a menés à une catastrophe planétaire doit être profondément repensée.

-La créativité individuelle du « n'importe quoi est art » initiée par Dada, Fluxus, le happening, les installations les plus diverses, a eu ses vertus créatives, on ne saurait le nier. Mais cette liberté extrême, qui nous libérait des poncifs de l’art et de la société, et célébrait l’alliance de l’art avec la vie, a inévitablement, comme l’avant-gardisme exacerbé des années 1960-70, atteint un degré de caprice individuel, de saturation, de non-sens et d’épuisement de ses modalités expressives, qui en détournent aujourd’hui le public élitiste, et auxquelles le grand public n’a jamais adhéré. Et c’est sans compter que le monde a considérablement changé entre temps, appelant à de nouveaux engagements artistiques.
-Quant au « market art » globalisé, trop souvent vide de sens et médiocre, sa fibre marchande l’a réduit à un simple produit financier de spéculation entre les quelques mains de collectionneurs richissimes, faiseurs et défaiseurs de côtes outrancières qui éclateront comme des bulles irisées de savon. Il n’est même plus le « supplément d’âme » du capitalisme déréglé qui l’a instrumenté, mais un vulgaire placement : faits du prince, ports francs et enchères. Cette dérive ahurissante a tué le marché traditionnel des collectionneurs et des galeries qui aimaient fidèlement les artistes qu’ils soutenaient durablement. Ceux-ci en sont réduits à devenir des artisans commerçants de redites esthétiques pour nouveaux riches ou, s’ils préfèrent demeurer des explorateurs authentiques du monde actuel, de petits autoentrepreneurs marginaux et miséreux dans un marché mondial qui les ignore et les réduit à quêter aux portes des programmes de bienfaisance des institutions culturelles gouvernementales, s’il en existe dans leur pays.

Lire la suite...

Comment se font les œuvres d’art ? Quels gestes et quelles actions les artistes effectuent-ils pour créer ?

La Fondation Orange et le Centre Pompidou vous proposent un MOOC sur l’art moderne et contemporain.

Au travers de huit verbes familiers : ralentir, ritualiser, assembler, détruire, inventer/inventez, reproduire, réduire et critiquer, ce MOOC aborde l’art de notre temps et donne les clés de compréhension de l’art moderne et contemporain.

Cours en ligne, gratuit et ouvert à tous :
http://www.mooc-centrepompidou.com

signe monaTout le monde connaît Mona Lisa. Mais vous êtes-vous demandé un seul instant, si celle qui vous regarde avec insistance est bien celle que vous croyez ?
Depuis son vol au Louvre en 1911 par Vincenzo Peruggia et sa restitution en 1914, bien des années se sont écoulées. Mais quand Julie, notre héroïne jeune experte en oeuvre d’art, découvre et divulgue l’impensable, La Joconde est au centre de toutes les attentions des médias, du monde de l’art, de la mafia, des experts, des faussaires et même des états et leurs services secrets.
Signé Mona, un roman aux accents de thriller, vous mène jusqu’à la dernière ligne, dans une haletante recherche de la vérité… Vous n’en sortirez pas indemne !

Renaud Siry est chanteur (disque d'or en 1980 avec Help Michèle), musicien (pianiste, guitariste et batteur), grand collectionneur d'automobiles miniatures et passionné de voitures. Il a publié chez E.T.A.I : DS miniatures de mon enfance, 50 ans de tôle et Peugeot 404 de mon enfance. Avec Signé Mona, il publie son premier roman qui part d'une idée simple. " Et si la Joconde, qui vous regarde avec insistance, n'était pas celle que vous croyez ?

EAN : 9782354982263 - 380 p. format 150x230 mm.

Editions Douin
27 résidence de Bel Ebat
78170 La Celle Saint-Cloud
fred.douin(at)gmail.com

www.editions-douin.com

Lire la suite...

Jean-François Toussaint, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes et directeur de l’IRMES, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport1 à l’INSEP. nous propose une analyse pertinente sur la COVID 19 - Cette réflexion et cette analyse doit nous faire réfléchir sur la circulation de l'information, et la manipulation de l'information dans notre société. Patrick Reynolds

 

Depuis que le Covid-19 est entré dans nos vies, on ne parle plus que de ça. Pour autant, beaucoup de questions restent aujourd’hui sans réponse. Parfois même, certaines ne peuvent être posées. Ancienne directrice de recherche à l’Inserm, Alexandra Henrion-Caude parle librement. Le virus vient-il d’un animal ou d’une manipulation humaine d’un laboratoire ? Que faut-il penser de la vaccination expérimentée de plus en plus aux quatre coins du globe ? Les conflits d’intérêt ont-ils ôté la liberté de la science ? Avec une humanité qui transparaît à chaque mot, Alexandra Henrion-Caude tranche avec la langue de bois des pseudos spécialistes du comité scientifique et livre sans détour les certitudes et les questionnements qui ressortent de cette crise inédite.

Retrouvez-nous sur :
https://www.tvlibertes.com/ 
https://www.facebook.com/tvlibertes/
https://twitter.com/tvlofficiel?lang=fr

LE LIVRE

Quand Marc Desgrandchamps, résidant à Lyon, pose son regard sur Barcelone, il débute un travailméthodique, quasiment ethnographique. Il choisit d’évoluer quartier par quartier, avec un appareil photo, afin de mieux saisir la multiplicité de la ville. Il s’y immerge, avant de penser à la retranscrire.
Si l’artiste avoue qu’il n’était pas sensible à l’architecture d’Antoni Gaudí, figure éminente du modernisme catalan, il s’est néanmoins passionné pour la structure organique de la Sagrada Família, avant de se plonger dans le panorama que cette basilique offre sur l’ensemble de la ville.
Dans cette cité multiple, active, cosmopolite et vibrante, chaque artère nourrit de nombreuses associations. Ainsi la rue médiévale d’Avinyó convoque chez lui une nouvelle version des Demoiselles d’Avignon de Pablo Picasso, qui y aurait séjourné. Pour dépeindre la place George Orwell, il y ajoute une effigie du célèbre écrivain, qui arriva à Barcelone à la fin de l’année 1936 et relata l’atmosphère des débuts de la guerre d’Espagne. Présence et absence résonnent dans cette série correspondant à la vision du monde de l’artiste, quelque peu substantive ou tronquée. «Un monde qui se maintient, tout en étant toujours d’une grande vulnérabilité.»

LOUIS VUITTON TRAVEL BOOK MARC DESGRANDCHAMPS BARCELONA
Lire la suite...

Le magazine PHOTO vient d’être racheté par Francis Dagnan, propriétaire du Studio Harcourt

PHOTO avait été crée en 1967 par 4 journalistes et photographes passionnés : Walter Carone, André Lacaze, Roger Thérond et Daniel Filipacchi.

Dans les années 2000, le journal avait été vendu à une société belge.

Agnès Grégoire en demeure la directrice.

PHOTO Numero 1 - July 1967 - Catherine Deneuve by David Bailey.

Julia Cserba et Gabriella Cseh à droitePhotographers of Hungarian Heritage in France from the 1920s until the Present Day

Author: Júlia Cserba, Gabiella Cseh

Covering a time span from the 1920s to the present, this book provides an overview of works by Hungarian photographers in France throughout the previous century.

The volume comprises the most comprehensive list of émigré photographers, with significant oeuvres from various periods, an impressive undertaking whose scope alone fills a major gap in photographic history. Each of the fifty-five photographers is treated with an extensive description, beginning with a lexical introduction followed by detailed biographical information on their professional careers, personal motivations, social circles, and providing photographs typical of their oeuvre and/or major publications, drawing on archival and researched documents as well as information collected first-hand from relatives and personal friends.

In addition to iconic names in the field such as André Kertész, Brassaï, Robert Capa, Ergy Landau, François Kollar, Paul Almasy, Emeric Fehèr, or André Steiner, the book also delves further into the past hundred years to present lesser-known photographers that were their contemporaries, as well as emerging photographers from the later, younger generations.

A separate chapter is dedicated to close to thirty photographers who worked in France for variable periods of time but left comparatively little data aside from their artworks.

The book also contains an introduction by the prominent French photographic historian Michel Frizot and a detailed bibliography.

Photographers of Hungarian Heritage in France from the 1920s until the Present Day
Lire la suite...

Artiste, auteur de journaux intimes, collectionneur et écrivain, Peter Beard (1938-2020) a fait de sa vie une œuvre d’art; les journaux intimes illustrés qu’il commence à tenir dans sa jeunesse se changent progressivement en œuvres d’art, valant à l’artiste une place centrale dans le monde de l’art international. Il a collaboré avec Francis Bacon et Salvador Dalí; il a écrit des journaux intimes avec Andy Warhol, est parti en tournée avec Truman Capote, Terry Southern et les Rolling Stones. Il s’est plongé dans le monde de la mode pour ses belles femmes, emmenant des stars de Vogue comme Veruschka en Afrique et en ramenant de nouvelles avec lui aux États-Unis.

Après avoir passé un temps conséquent au Kenya et s’être lié d’amitié avec l’auteur Isak Dinesen (Karen Blixen) au début des années 1960, Beard acheta 20 hectares à côté de sa ferme avec la ferme intention de filmer et d’écrire sur la terre, sa flore et sa faune. Il assista ainsi aux prémices de l’explosion démographique au Kenya, qui mit en péril les ressources limitées du pays et perturba la vie de la faune, notamment celle des éléphants du Tsavo, décimés par la famine, qui meurent alors par dizaines de milliers sur des terres nues dont les arbres ont été mangés. Il témoigne de ce qu’il voit — dans son journal, dans ses photographies et ses collages. Il navigue à contre-courant en publiant des recueils uniques et parfois choquants de ce travail de témoin, dont The End of the Game. Les cadavres n’y étaient pas recouverts, les faits relatés avec précision, parfois tapés à la machine, le plus souvent rédigés à la main. Beard a utilisé ses clichés comme des toiles de fond sur lesquelles il a superposé feuilles de liaison, tickets, billets, cartes postales, objets trouvés, coupures de presse, palimpseste qu’il orne ensuite de sa petite écriture méticuleuse et décorative, de dessins inspirés des grands maîtres, et utilise souvent du sang animal comme pigment.

En 2006, TASCHEN a publié le livre qui en est venu à définir son œuvre, signé par l’artiste en personne et édité en deux volumes. Le premier tirage a été épuisé en quelques semaines pour devenir un objet de collection très recherché. Aujourd’hui ce livre qui était introuvable est disponible en un seul volume grand format.

Peter Beard, Nejma Beard Relié, 25,8 x 37,4 cm, 5,30 kg, 770 pages ISBN 978-3-8365-7742-7 Édition multilingue
Lire la suite...

Fleming and Churchill (Karsh, 1941)
 

Ce qui est donné n'est jamais perdu.

Il s'appelait DÉSIRÉ , c'était un pauvre fermier écossais.
Un jour, alors qu'il tentait de gagner la vie de sa famille,il entendit un appel au secours provenant d'un marécage proche.
Il laissa tomber ses outils, y courut et y trouva un jeune garçon enfoncé jusqu'à la taille dans le marécage, apeuré, criant et cherchant à se libérer.

Le fermier sauva le jeune homme de ce qui aurait pu être une mort lente et cruelle.
Le lendemain, un attelage élégant se présenta à la ferme.
Un noble, élégamment vêtu, en sortit et se présenta comme étant le père du garçon que le fermier avait aidé.
- Je veux vous récompenser, dit le noble.
Vous avez sauvé la vie de mon fils!

- Je ne peux accepter de paiement pour ce que j'ai fait répondit le fermier écossais.
Au même moment, le fils du fermier vint à la porte de la cabane.
- C'est votre fils? demanda le noble.
- Oui, répondit fièrement le fermier.
- Alors, je vous propose un marché.
Permettez-moi d'offrir à votre fils la même éducation qu'à mon fils.
Si le fils ressemble au père, je suis sûr qu'il sera un homme duquel tous deux seront fiers.
Et le fermier accepta.

Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  patrick.reynolds@le-musee-prive.com
 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice