Bruno GAZZOTTI Soda GALERIE HUBERTY & BREYNE

Exposition d'art
Soda - Tank, Dessin, 26.5 x 39.5 cm © Bruno GAZZOTTI – DUPUIS

   Bruno GAZZOTTI Soda

   AVANT-PREMIÈRE
   Jeudi 30 juillet 2020 de 11h à 20h
   EXPOSITION
   du vendredi 31 juillet au samedi 29 août 2020
   GALERIE HUBERTY & BREYNE
   36 avenue Matignon
   75008 PARIS
   +33/1.40.28.04.71
   contact(at)hubertybreyne.com
   www.hubertybreyne.com
   Lundi au Samedi 11H - 19H

    Soda - Tank, Dessin, 26.5 x 39.5 cm © Bruno GAZZOTTI – DUPUIS

« Du 31.07 au 29.08, la galerie Huberty & Breyne consacre ses cimaises parisiennes à SODA, série de polar humoristique emblématique de la Bande Dessinée franco-belge.

« On m’appelle SODA, mais mon vrai nom, c’est Solomon. David Elliot Hanneth Solomon. »

Ce policier new-yorkais héberge sa mère dans son appartement au 23ème étage du 416, Church Avenue en plein Manhattan. Elle est fragile du coeur et pour cette raison Solomon n’a pas osé lui avouer qu’il était flic. Elle le croit pasteur…

C’est avec ce lancement que le personnage de SODA devient l’une des figures phares du magazine Spirou dans les années 1980. Quand Bruno Gazzotti reprend le person­nage en 1989, à la suite de Luc Warnant, la série scénarisée par Philippe Tome prend alors son envol. Bruno Gazzotti réalise un encrage tout en souplesse et une parfaite maitrise du découpage et de la mise en scène, notamment pour les scènes d’action.

Au fil de ses aventures, SODA suscite un intérêt grandis­sant auprès des lecteurs, aussi bien aussi bien adolescents qu’adultes, et rencontre un véritable succès éditorial.

La galerie Huberty & Breyne dévoile pour la première fois à Paris une sélection des plus belles planches originales des albums réalisés par Bruno Gazzotti entre 1991 et 2005 ainsi qu’un ensemble inédit d’illustrations couleur mettant en scène le lieutenant Soda.

Soda - Dessin, 39 x 27 cm © Bruno GAZZOTTI – DUPUIS
 Soda - Dessin, 39 x 27 cm © Bruno GAZZOTTI – DUPUIS

Bruno Gazzotti est né le 16 septembre 1970 à Cointe, sur les hauteurs de Liège, en Belgique. Un pays vers lequel son grand-père italien était venu afin de travailler dans les mines, et où son père épousa une Liégeoise. Professeur d’éducation physique, comme son épouse, le père du jeune Bruno avait toutefois une passion bien à lui : la lec­ture assidue du magazine Tintin et du Journal Spirou. Fort logiquement, son fils développe donc ce même virus bénéfique, qui va l’encourager à apprendre à lire par lui-même… Le but de Bruno ? Comprendre les textes accom­pagnant les images dans ses BD préférées ! Ses héros favoris ont alors pour nom « Spirou », « Tintin », « Gaston » et « Natacha ». L’enfant les dessine tous, beaucoup – parmi tout un tas d’autres choses – afin de se faire la main. D’un naturel plutôt timide, il trouve dans cet exercice une manière de se faire apprécier, encouragé par une famille très ouverte à la bande dessinée.

1988 : Après des études secondaires à l’Institut Saint-Luc de Liège, Bruno Gazzotti y poursuit son parcours en inté­grant cette fois la section Beaux-Arts. Le côté académique des cours qui y sont prodigués, ainsi que le penchant de ses professeurs pour l’illustration plutôt que pour la BD, le lassent toutefois rapidement. Quelques mois plus tard – il vient d’avoir dix-huit ans – l’aspirant auteur se présente à la rédaction du Journal Spirou avec pour seuls bagages beaucoup de courage et un épais dossier de planches réa­lisées dans des graphismes très différents. Les projets du jeune dessinateur ne séduisent pas l’équipe de l’hebdoma­daire de Marcinelle. Mais son aisance dans des styles aussi variés que le réalisme ou l’humour encourage toutefois Patrick Pinchart, rédacteur en chef de l’époque, à lui com­mander quelques illustrations pour la rubrique Zig-Zag. Il recommande également le jeune Gazzotti à Philippe Tome, qui cherche un collaborateur pour assister Janry dans la réalisation des gags d’une toute nouvelle série : Le petit Spirou... Après une page d’essai concluante, Bruno Gazzotti est engagé à l’Atelier Tome & Janry et abandonne aussitôt ses études afin de se consacrer entièrement à la BD. Il commence à travailler sur le vingtième gag de Dis bonjour à la dame !, premier tome du Petit Spirou parais­sant en 1990 chez Dupuis. Il prolongera sa collaboration avec Janry sur une soixantaine de planches dont il assure les crayonnés, avec au passage la réalisation des encrages et décors de Spirou et Fantasio à Moscou, un épisode de la « série mère » du Petit Spirou.

gazzotti soda3
Soda- T7 - Lève toi et meurs, Planche 38, 35.5 x 26.5 cm © Bruno GAZZOTTI – DUPUIS

Gazzotti confessant un fort attrait pour les aventures semi-réalistes, Tome songe à lui en 1989 pour remplacer Luc Warnant qui souhaite abandonner le dessin de Soda, flic faisant croire à sa mère fragile qu’il est pasteur… Bruno Gazzotti succède donc à Warnant à partir de la planche 12 de l’album Tu ne buteras point. Une reprise graphique à hauts risques, nécessitant d’utiliser les codes graphiques d’un autre auteur, mais dont le jeune « Gazzo » s’acquitte avec brio. Il peut alors réellement s’emparer de Soda, qu’il affine d’album en album, s’appuyant notamment sur une documentation riche de plusieurs milliers de photogra­phies prises lors de ses séjours à New York. Sa mise en pages efficace et dynamique va propulser les aventures du détective-pasteur au rang de best-seller.

Au début des années 2000, alors qu’il est en attente d’un nouveau scénario pour Soda, Bruno Gazzotti com­mence à réaliser des histoires courtes avec Ralph Meyer (Undertaker). Cherchant un scénariste pour les épauler, il repère un débutant prometteur, dont la série Green manor vient d’arriver chez Spirou. Son nom : Fabien Vehlmann. Le trio publie l’album Des lendemains sans nuage en 2001 aux Éditions du Lombard. Ce one-shot SF très noir et inventif met une fois de plus Gazzotti dans le radar des fans de BD de qualité... Quelques années plus tard, Vehlmann propose à Bruno le projet jeunesse Seuls, l’histoire d’en­fants livrés à eux-mêmes dans un monde sans adultes. La disparition, premier tome de la série, sort en 2006 et détonne par la complexité de son intrigue, sa noirceur et son action musclée. Gazzotti y fait merveille par son sens du character design et du découpage, usant d’une tech­nique de travail dans la plus pure tradition franco-belge, avec plume, encre et papier. La disparition remporte le Prix jeunesse 9-12 ans du Festival d’Angoulême en 2007. Le deuxième tome - Le maître des couteaux - reçoit lui le Grand prix du Journal de Mickey. Le cinquième opus, Au coeur du Maelstrom, s’offre lui les deux prix à la fois en 2010. Seuls reçoit également, en 2013, le Prix Diagonale-Le Soir de la meilleure série. En 2017, Seuls est adapté au cinéma par David Moreau, avec Sofia Lesaffre et Stéphane Bak dans le rôle des désormais célèbres Leila et Dodji. Le site seuls-labd.com, et le jeu inédit qu’il propose en ligne, réunit pour sa part de très nombreux addicts désireux de prolonger leur lecture d’une série aussi addictive qu’incontournable. Le tome 12 de Seuls, Les révoltés de Néosalem, est paru en juin 2020.

Grand lecteur du Journal de Spirou, le papa du petit Bruno doit être sacrément fier…

Son dessin grand public est d’une délicieuse lisibilité. Mais Bruno Gazzotti possède en plus un don unique pour le découpage, conférant à son trait un incroyable impact cinématographique. Bâtisseur graphique du succès de Soda le célèbre flic-pasteur new-yorkais créé par Tome (Le petit Spirou), « Gazzo » est aussi le dessinateur de Seuls, série multi-récompensée et scénarisée par Fabien Vehlmann. Deux best-sellers faisant de Bruno Gazzotti un auteur devenu incontournable, malgré sa proverbiale simplicité.

 

Spécialisée depuis près de 30 ans dans les origi­naux de Bande Dessinée, Huberty & Breyne s’im­pose comme une référence internationale dans le domaine du 9e Art. Présente à Bruxelles et à Paris, la galerie propose aux collectionneurs une sélection rigoureuse d’oeuvres originales signées par les plus grands maîtres du trait comme Hergé, Franquin, Martin, Hubinon ou Schuiten. Elle est le représen­tant exclusif de Milo Manara et s’engage également aux côtés d’artistes contemporains comme Philippe Geluck, François Avril, Jean-Claude Götting, Loustal, Miles Hyman et Christophe Chabouté.

La galerie prend part aux grands rendez-vous du mar­ché de l’art en participant à des foires internationales tels que la Brafa (Brussels Antiques & Fine Arts Fair), 1 – 54 London, Art Paris Art Fair ou encore Drawing Now.

Parallèlement Alain Huberty et Marc Breyne sont les experts de Bande Dessinée auprès de Christie’s."

BRUXELLES | CHÂTELAIN

33 place du Châtelain

1050 Bruxelles

+32/2.893.90.30

PARIS | MATIGNON

36 avenue Matignon

75008 Paris

+33/1.40.28.04.71

contact(at)hubertybreyne.com
www.hubertybreyne.com

 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice