LES MAÎTRES DE L'ABSTRACTION ETUDE MILLON

Ventes aux encheres des commissaires priseurs
LES MAÎTRES DE L'ABSTRACTION
Autour de la collection
Claude & Michèle Harel
Lundi 06 mars 2017 à 14h30 Etude MILLON
Drouot Richelieu - Salle 5 - 9, rue Drouot 75009 Paris
Le 6 mars prochain, Millon célèbre les Maîtres de l’Abstraction, autour de la collection de Claude et Michèle Harel. Tout au long de sa vie, ce couple de collectionneurs a su tisser des relations fidèles avec les artistes, notamment avec Alain DE LA BOURDONNAYE (né en 1930), Etienne HAJDU (1907-1996), Maria Elena VIEIRA DA SILVA (1908-1992) et son mari Arpad SZENES (1897-1985). Parmi eux, Olivier Debré tenait une place à part. Pendant près de 30 ans, l’amitié du couple et de l’artiste sera indéfectible, au-delà des années et des territoires qui les séparent. En témoigne aujourd’hui un remarquable ensemble d’œuvres de Debré, constitué d’une trentaine de toiles et de lithographies.
 
Parallèlement à la collection de Claude et Michèle Harel, la vacation du 6 mars propose une centaine d’œuvres réalisées par les plus grands artistes du XXème siècle, retraçant l’histoire de l’abstraction contemporaine à travers les œuvres de figures majeures, tels de Jean-Michel ATLAN (1913-1960), CHU TEH-CHUN (1920-2014), André LANSKOY (1902-1976), Henri MICHAUX (1899-1984), Hans HARTUNG (1904-1989), André MARFAING (1952-1987), Pierre SOULAGES (1919), Arpad SZENES (1897-1985), Raoul UBAC (1910-1985), Geer Van VELDE (1898-1977)…

Chu Teh-chun (1920-2014), Composition, vers 1965,  aquarelle sur papier, 37,6 x 53,4 cm.

Chu Teh-chun (1920-2014), Composition, vers 1965,
aquarelle sur papier, 37,6 x 53,4 cm.
Estimation : 30 000/40 000 €

Claude et Michèle Harel
Par amour pour l’abstraction

Né près de Rouen en 1932, Claude Harel quitte la Normandie à 15 ans pour intégrer un prestigieux lycée parisien. Il poursuit ses études à Sciences Po Paris, puis se présente en 1957 au concours de l’ENA, à l’oral duquel Georges Pompidou l’interroge : « que pensez-vous de l’art contemporain ? ». Marié, et après des premiers postes à la préfecture d’Alger et à l’ambassade de Londres, il rentre à Paris pour intégrer le cabinet de Pierre Joxe. C’est à ce moment qu’il décide de se séparer des œuvres d’art classiques qu’il avait jusqu’alors collectées pour se tourner vers l’art contemporain, et achète sa première œuvre d’Olivier Debré, Jardin Ocre (estimée 2 000 / 3 000 euros) à la Galerie Templon. Michèle Harel, passionnée de littérature, travaille avec le grand éditeur et libraire Pierre Bérès aux Editions Hermann qui présente de nombreux artistes au couple à l’occasion des réceptions qu’il donne. C’est ainsi que Claude et Michèle Harel rencontrent Maria Elena Vieira da Silva et son mari Arpad Szenes, Alain de la Bourdonnaye, Louttre B, Etienne Hajdu, Claude Garache.

A leur arrivée à Bruxelles en 1967, Claude et Michèle Harel accentuent ces relations avec les artistes et leur intérêt pour l’art contemporain, notamment en organisant les soirées post-vernissage de la galerie Michel Vokaer. Le couple quitte Bruxelles en 1973 pour s’installer à Paris. C’est à cette période qu’il rencontre Olivier Debré, avec lequel il lie une grande amitié. En 1979, Claude Harel devient ambassadeur. Malgré une fonction qui l’éloigne de la France, il continue à avoir une relation particulière avec ses amis artistes, notamment avec Olivier Debré.
 
Olivier Debré
Le peintre voyageur
 
« Je me défends d'être un paysagiste. Je traduis l'émotion qui est en moi devant le paysage ... Ce n'est pas ma volonté qui intervient mais l'émotion qui domine. Je ne suis sincère que dans le choc, l'élan ".
Olivier Debré
 
Considéré comme l'un des représentants majeurs de l'abstraction Olivier Debré est un peintre en étroite connexion avec la nature. Ses œuvres sont souvent inspirées par des lieux et des phénomènes naturels tels que les tempêtes, les typhons, les rivières. Elles tentent de matérialiser des sensations, des atmosphères. En éliminant toute représentation du réel, la couleur qui possède une force évocatrice devient langage.
 
Menant une carrière internationale, Olivier Debré place le voyage au cœur de son œuvre. Le changement de lieu permet au peintre de renouveler son imaginaire, de se laisser envahir par les paysages qu’il découvre. Il ne manquait jamais une opportunité de rendre visite aux Harel lorsqu’il exposait dans un pays où Claude était en fonction. C’est à cette occasion qu’il les retrouve en 1981 en Jordanie alors que Claude Harel y est ambassadeur. Inspiré par les couleurs du pays, l’artiste y peint et offre certaines de ses toiles à ses hôtes : Le Bleu de la Mer Rouge (estimation : 3 000 / 4 000 euros), Rose d’Amman (estimation : 1 200 / 1 500€) et Blanc du désert aux taches noires (3 000 / 4 000€).
 
Une seconde visite aura lieu en 1982 à Washington, où Claude Harel est alors Ministre plénipotentiaire. L’artiste est appelé à réaliser une large peinture décorative à la Nouvelle Chancellerie de l’ambassade de France à Washington. A l’occasion de son séjour, Olivier Debré offre au couple Harel Rose d’Automne (2 000 / 3 000€) et Ocre d’Automne (1 200 / 1 500€), puis poursuit son voyage aux Etats Unis, notamment au Texas où il peint Petite bleu mauve au Big Bend National Park (3 000 / 4 000€), dont il fait également cadeau à ses amis.
 
Par la suite, Claude Harel est nommé ambassadeur de France au Sénégal en 1983 et invite à nouveau Olivier Debré, qui y peint Petite Gorée Rose (estimation : 1 200 / 1 500€) et Jaune du Cap Vert (estimation : 7 000 / 8 000€). Puis en 1986 il est nommé aux mêmes fonctions à Varsovie.
 
Ces nombreux périples ne sont pas les seules sources d’inspiration d’Olivier Debré. Originaire de Touraine, les paysages ligériens occupent une place importante dans son œuvre. En témoigne l’œuvre Verte Loire Clair, estimée 12 000 / 15 000 euros, ou encore l’huile sur toile Loire Grise Légère, réalisée en 1987 et estimée 8 000 / 10 000 euros.
 
A partir de 1990, la famille Harel est de retour à Paris. Claude y poursuit sa carrière en tant que directeur des affaires culturelles, scientifiques et techniques au quai d’Orsay, conseiller diplomatique auprès du gouvernement, à l’Unesco et enfin à la Cour des Comptes. La collection de Claude et Michèle Harel est le résultat d’un vif intérêt pour l’abstraction contemporaine aussi bien que d’une amitié sincère nourrie avec les artistes au fil des déplacements de la famille.
 
Expositions publiques :
Samedi 4 mars 2017, de 11h à 18h
Lundi 6mars 2017 , de 11h à 12h
 
Conatct :
Brune DUMONCEL
Directrice du département
Tél +33 (0)1 47 27 15 92
Mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adrien SERIEN
Contact département
Tél +33 (0)147 27 13 91
Mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

MILLON Trocadéro
5, avenue d’Eylau
75 116 Paris
T +33 (0)1 47 27 13 91
F +33 (0)1 47 27 70 89

http://www.millon.com/

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE