Sing Street Un film de John Carney

Critique cinéma: Rembobimage

Sing Street

Entre silences et chants : la gracieuse émergence

Un film de John Carney
Par Fabrice Venturini


Sélectionné au festival du cinéma américain de Deauville 2016, Sing Street propose d’habiles et émouvantes contingences à partir d’un contexte social à la fois hostile et déclencheur…

Nous sommes à Dublin, dans les années 80. Crise oblige, le sage Conor, lycéen dont les parents sont au bord du divorce, se voit contraint d’intégrer une école publique où violence et puritanisme font bon ménage. Mais la rencontre fortuite d’une «  matrice de vocation » va changer la donne…

Grâce à Raphina, Conor comprend qu’il peut maîtriser son destin. Et pour se faire, créer…un groupe ; où projections actuelles et «  futuristes » (comme il aime à le dire) génèrent une forme de résilience.

SING STREET 120h

Et c’est précisément là que le film acquiert sa forme plastique à la fois la plus réussie et la plus poétique.

En jeu de miroirs parfait avec la culture esthétique du vidéoclip, on retrouve, in absentia, THE CLASH, A-HA, THE CURE, DURAN DURAN, GENESIS, SPANDAU BALLET, THE JAM, JOE JACKSON, MOTÖRHEAD…

In praesentia, c’est le travail de la lumière qui illumine ce conte transgénérationnel, ainsi qu’un montage aussi énergique que fluide.

Date de sortie 26 octobre 2016  (1h 46min)
De John Carney  
Avec Ferdia Walsh-Peelo, Lucy Boynton, Aidan Gillen  plus  
Genres Comédie dramatique, Musical

BANDE ANNONCE
 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE