PABLO REINOSO ET SA SCULPTURE RACINES DE FRANCE AU PALAIS DE L’ÉLYSÉE SUR FRANCE 2

Magazine

Sur France 2, une sculpture de Pablo Reinoso, "Racines de France", au Palais de l'Elysée. Voir la vidéo dans LIRE LA SUITE
"Tout simplement, un banc, pour s’asseoir et dialoguer, rare signe de la République dans ce château d’ancien régime" conclut le journaliste Gérard Grizbec au sujet de l’œuvre de l’artiste franco-argentin Pablo Reinoso, "Racines de France", installée depuis 2016 au Palais de l’Élysée.
 
A propos de l'œuvre
Cette sculpture intitulée "Racines de France" est conçue en articulation avec le lieu. L’œuvre est composée de deux bancs se déployant de chaque côté de la terrasse sud du Palais de l’Elysée. Construits à partir de poutrelles d’acier, Pablo Reinoso y inclut deux symboles de la République, en bronze, le chêne et l’olivier, l’un représentant la force et la justice, l’autre la paix. "Les deux bancs partagent un langage commun mais ne sont pas exactement similaires, ils sont en tension, comme les jeux de pouvoir" explique l’artiste.

Pablo Reinoso a récemment publié sa nouvelle monographie aux éditions 5 continents. Textes : Henri François Debailleux, Michel Serres et Gérard Wacjman – 280 pages – 80 €.

Pablo Reinoso
Pablo Reinoso (né en 1955 en Argentine) est un sculpteur franco-argentin. Il vit et travaille à Paris depuis 1978. Il travaille par séries depuis les années 70, renouvelant sans cesse son rapport à la matière, à l’objet et à l’espace. Pablo Reinoso surprend la logique par des oeuvres qui semblent animées d’une vie qui leur est propre, élargissant les possiblités du réel. L’installation Ashes to Ashes présentée à Madrid (2002) marque un tournant dans cette recherche. Par sa série Thoneteando (2004) et le détournement de la chaise Thonet n°14, symbole du design industriel, Pablo Reinoso s’empare de l’objet et lui invente de nouvelles fonctions, modifiant son ADN. La création des Bancs Spaghetti (2006) propulse internationalement sa renommée. Pablo Reinoso s’attache à reconsidérer le rôle de l’objet à travers ses oeuvres libres et audacieuses. Le développement des Garabatos (2010) et des Poutrelles (2011) en acier, permettent à l’artiste de développer son travail dans l’espace public à échelle monumentale.
 
Actualité
Pablo Reinoso a récemment publié sa nouvelle monographie aux éditions 5 continents.
Textes : Henri François Debailleux, Michel Serres et Gérard Wacjman – 280 pages – 80 €.


Pablo Reinoso
Textes de Michel Serres, Gérard Wajcman et Henri-François Debailleux

Première importante monographie dédiée à l’oeuvre de Pablo Reinoso, artiste et designer franco-argentin touche à tout, curieux et autodidacte.
Sculpteur à l’origine, mais foncièrement artiste, Pablo Reinoso pratique son art de diverses façons depuis son plus jeune âge. De mère française, mais né en Argentine, il s’installe à Paris en 1978. Il travaille par séries – Articulations (1970-1980), Water Landscapes (1981-1986), The Discovery of America (1986-1989), Breathing Sculptures (1995-2002) – qu’il parcourt, triture, fouille, en explorant des univers et des matériaux différents, traduisant le permanent work in progress qui est sa manière de penser.
Dans Ashes to Ashes (2002), avec plus de maturité, il s’engage dans un travail avec des lattes de bois qu’il tord et éclate pour les affranchir de leur fonction. Poursuivant cette perspective, mais ayant vécu entre-temps une forte expérience au sein de grandes entreprises comme directeur artistique et designer, il s’attaque à une série où il met en avant une icône du design industriel, la chaise Thonet (à partir de 2004). Pablo Reinoso prend ensuite comme point de départ de sa réflexion les bancs publics, au design anonyme, traversant les cultures tout en étant hors-temps et hors-mode. Ce sont les bancs dits Spaghetti Benches (à partir de 2006) qui se mettent à proliférer et trouver leur place dans les lieux les plus divers.
Finalement, dans sa dernière série, les Scribbling Benches (à partir de 2009), Pablo Reinoso ne part plus d’un banc anonyme, ni d’une chaise iconique, mais d’un matériau : une poutrelle en acier. C’est l’inattendu du lourd, voué à structurer l’architecture, qui se tord comme un fil pour créer un banc et dessiner des espaces légers, transparents, contemplatifs.

Michel Serres, philosophe et épistémologue, professeur de philosophie et d’histoire des sciences à la Sorbonne, est également connu pour son enseignement à l’université de Stanford. Membre de l’Académie française, c’est l’un des plus grands intellectuels français d’aujourd’hui.
Gérard Wajcman, écrivain et psychanalyste, est maître de conférences au département de psychanalyse de l’université Paris 8 et membre de l’École de la cause freudienne. Le décryptage de l’image et l’omnipotence du « regard » dans notre siècle sont des sujets qui imprègnent les analyses et les livres de cet amateur d’art.
Henri-François Debailleux, journaliste et critique d’art à Libération et au Journal des arts, professeur à l’ICART (École du Management de la culture et du marché de l’art), est aussi auteur de nombreuses préfaces de catalogues et commissaire d’exposition.

Langue : FR/ANG

Format : 27,5 x 35,5 cm

Pages : 280

Reliure : relié sous jaquette

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice