Ici par Jean-Pierre Raynaud au MAMO

Design

Du 1er juillet au 1er octobre 2017, Jean-Pierre Raynaud est le cinquième invité du MAMO (Marseille Modulor) après Xavier Veilhan, Daniel Buren, Dan Graham et Felice Varini. Le cinquième point de vue singulier sur la Cité Radieuse du Corbusier, sa terrasse et son gymnase redevenu centre d’art par la volonté d’Ora Ito. « Avec le soutien de Longchamp, le MAMO poursuit son cycle d’invitations annuelles auprès d’artistes immenses, seuls capables de prendre le pouvoir sur des espaces imposants et de se mesurer à ce lieu hors du commun. Jean-Pierre Raynaud est une référence capitale de mon éveil à l’art. Sa maison bien sûr, sa stature et l’ensemble de son œuvre ont façonné une part de ma culture artistique. » résume Ora Ito.

« Je ne me sens pas en concurrence avec d’autres artistes, mais comme un invité au MAMO. Invité par le Corbusier à qui je dois faire une réponse aussi libre qu’il l’était lui même. Ce qui m’intéresse ce n’est pas de montrer des œuvres, mais de rencontrer cette architecture. En particulier cette terrasse classée où l’on ne peut pas tout faire.» précise Jean-Pierre Raynaud revenu du marché de l’art et de ses excès pour se consacrer au plaisir de la création pure.

L’artiste français a voulu un seul geste, une seule œuvre. Une flèche monumentale de 17 m posée à l’horizontale sur la terrasse en direction du gymnase « Je fais une exposition pour les oiseaux, pas pour les gens. Cette terrasse en altitude m’évoque un porte avion, une piste d’atterrissage pour soucoupes volantes, je veux la voir du dessus. La flèche noire comme une ombre pointera sur le MAMO qui renferme mon trésor, une série de pièces historiques importantes dans mon parcours. Cette flèche dit « c’est ici », l’événement est là, mais elle dit aussi « C’est moi ». Il s’agit de vanité au bon sens du terme. D’ambition et non de prétention. Je pose un signe sur cette architecture pour la confronter à mon échelle personnelle ».

« La flèche c’est d’abord la trace de l’homme, l’un des signes les plus anciens de l’écriture que l’on retrouve sur les parois des cavernes. La flèche s’est aussi une arme et c’est aussi une direction. Enfin la flèche marque un lieu précis celui qui fait la différence. Aussi il n’est pas anodin qu’un homme l’accapare pour dire « ici », pour dire « je » suis celui qui marque, qui imprime sa trace pour capturer l’espace. L’ambition est immense, hors limite. Le lieu ainsi signé devient unique à travers ce geste artistique. » Jean-Pierre Raynaud, 2011

Portrait Jean-Pierre Raynaud crédit photo Philippe Chancel 

Portrait Jean-Pierre Raynaud crédit photo Philippe Chancel

Une intervention inspirée de sa recherche formelle entamée avec No Limit en Belgique, une flèche de 18 m de haut en acier posée sur la pointe, l’un de ces gestes qui interroge encore une fois notre capacité à dépasser la réalité par le rêve. Le MAMO présentera une sélection rétrospective effectuée par Jean-Pierre Raynaud avec entre autres une série d’Auto-Portraits, 100 containers renfermant les débris de la maison, 3 Cuves (1968), 3 Sens Interdits et la projection de La Maison de Jean-Pierre Raynaud, un film de Michelle Porte, (31 min / 1993).

“Yves Klein disait ne pas aimer les oiseaux dans le ciel de Nice car ils perturbaient le monochrome bleu que représentait le ciel. A Marseille, au dessous de la Cité Radieuse, j’aimerais être cet oiseau au dessus du champs de bataille des humains, au dessus des querelles et des ambiguïtés, au dessus quoi ! L’Art auquel je pense, propice aux pirouettes et autres fantaisies, enfin libre et libéré de la raison, du raisonnable.”  Jean-Pierre Raynaud 2016.

crédit photo : Philippe Chancel

Jean-Pierre Raynaud  « Ici »

MAMO

Centre d’art
de la Cité Radieuse
280 Boulevard Michelet
13008 Marseille, France
+33 1 42 46 00 09
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Entrée gratuite

Métro Ligne 2
Arrêt : Rond-point du Prado
Bus lignes 21, 22, 22S et 521
Arrêt : Le Corbusier

https://mamo.fr