Aude Allonville

Talents Art Contemporain
 

 

 

Tout l'univers du Music hall et du Théatre émane des toiles de Aude Allonville. Elle nous emporte dans ce monde troublant du spectacle, peuplé de créatures de la nuit, de plaisirs et de rencontres surprenantes. Une véritable révélation artistique avec une écriture forte et reconnaissable, en un mot une artiste.

Patrick Reynolds

Aude Allonville

NOUVELLE SERIE LA FUITE DU TEMPS - 2015

 
Image
Aude Allonville
Tableau no 1 : AMOUR .... RETIENS LE TEMPS ....
Huile sur toile 116 x 89
Date de création 2015
Prix : 2500 euros
Image
 Aude Allonville
Tableau no 2 : LE SACRIFICE
Huile sur toile 116 x 89
Date de création 2015
Prix : 2500 euros
Image
 Aude Allonville
Tableau no 3 : LA WALKYRIE
Huile sur toile 116 x 89
Date de création : 2015
Prix : 2500 euros
 
Image
 Aude Allonville
Tableau no 4 : LA SEMEUSE .
Huile sur toile 116 x 89
Date de création : 2015
Prix : 2500 euros .
Image
 Aude Allonville
Tableau no 5 : LES COQ
Huile sur toile 116 x 89
Date de création : 2015
Prix : 2500 euros .
Image
 Aude Allonville
Tableau no 6 : LE SABLIER
Huile sur toile 116 x 89
Date de création : 2015
Prix : 2500 euros .
Image
 Aude Allonville
Tableau no 7 : KRONOS
Huile sur toile 116 x 89
Date de création : 2015
Prix : 2500 euros

OEUVRES ANNEE 2014

Image

Aude Allonville La fuite du temps 4 encre de chine et pastel sur papier
Rosace Pina 300gr format 80x 60 encadrés sous-verre
Fait partie d'une série de 10 dessins qui seront exposés aux HVERNALES du Palais des Congrès en Novembre

Image

Aude Allonville La fuite du temps 5 encre de chine et pastel sur papier
Rosace Pina 300gr format 80x 60 encadrés sous-verre
Fait partie d'une série de 10 dessins qui seront exposés aux HVERNALES du Palais des Congrès en Novembre

 Les sept péchés capitaux

Image

Aude Allonville La luxure Huile sur toile 100 x 100 cm de 2011

Image

 Aude Allonville La gourmandise Huile sur toile 116 x 89 cm de 2011
La toile La gourmandise sera exposée durant le salon Art en Capitale avec Les Artistes Français

Image

 Aude Allonville Les 7 péchés capitaux : l 'envie Huile sur toile 116 x 89 cm.

Image

 Aude Allonville La colère Huile sur toile 116 x 89 cm de 2011

Image

 Aude Allonville Huile sur toile de 2011 intitulée "L'Orgueil" dimensions 116 x 89 cm

Image

 Aude Allonville Les 7 péchés capitaux : l'avarice Huile sur toile 100 x 100 cm

Image

 Aude Allonville Les 7 pechés capitaux : La paresse Huile sur toile 116 x 89 cm

 AUTRES OEUVRES

Image

 Aude Allonville "Les Grotesques" 116 x89 Huile sur toile 2010

Image

 Aude Allonville "Les Parapluies chinois" 116 x 89 Huile sur toile 2010 Vendu Collection Privée France

Image

 Aude Allonville "L' invitation au voyage" 100 x 81 Huile sur toile 2010 Vendu Collection Privée France

Image

 Aude Allonville Madame Rêve huile sur toile 116 x 89 cm

HUILES SUR TOILES DE L'ARTISTE

Image

 Aude Allonville Bad Girl 1 Judith et Holophern huile sur toile 116 x89 cm

Image

 Aude Allonville Bad Girl 2 Adam et Eve 116 x 89

Image

 Aude Allonville Bad Girl 3 Salomé et Erode huile sur toile 116 x 89

Image

 Aude Allonville Circus 1 huile sur toile 100 x 81 cm

Image

BIOGRAPHIE AUDE ALLONVILLE

Née en 1954, Aude ALLONVILLE démarre une carrière artistique de danseuse et chanteuse à Londres pendant plusieurs années.
De retour en France, elle crée son propre spectacle qu'elle présentera sur plusieurs scènes parisiennes et dans beaucoup de pays européens (Italie, Tchécoslovaquie, Allemagne, Belgique, Autriche, Espagne, Roumanie, etc..)

A travers tous ces périples, elle découvre qu'il n'existe aucune dissociation entre le mouvements, les formes, les sons et les couleurs, ce constat l'amène tout doucement, à la création picturale. Artiste peintre autodidacte, elle a été lauréate du concours Association Mécénat 2000.

Afin de faire vibrer sa création dans un flot continu de "give and take", Aude Allonville aime fréquenter de temps à autre l'atelier des arts de Poissy sous la direction de Roger Montels. Ensuite elle enchaînera différentes expositions, notamment à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, pendant 2 années consécutives.

CONTACTER AUDE ALLONVILLE

 Soit par téléphone à son atelier au 01 30 74 51 68 ou par e-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

EXPOSITIONS

Reproduction de sa toile « La grosse bertha » dans l’Officiel des Galerie et des Musées.
Mai : Grand Marché d'Art Contemporain Bastille Paris 4éme
En permanence à La Galerie Le Musée Privé, Paris. 

2013

Salon d'Automne Champs Elysées du 15 au 20 octobre 2013

Hivernales Paris Est Montreuil Palais des Congrès du 6 novembre au 11 novembre 2013

Concorde Art Gallery du 4 novembre au 28 décembre 2013

Voir également  L'article de Jean-Paul Gavard-Perret dans SALON LITTERAIRE

2012

Salon de l'ADAC Charenton

2011 
Févier : salon espace Art et Liberté Charenton-le-Pont
Juin : salon Parc Floral Vincennes
Septembre : salon d'art contemporain Taverny
Octobre :.A.D.A.C ( association des artistes chatillonnais) Chatillon
Novembre : Salon Société des Artistes Français Art en Capitale Grand Palais Paris

La toile La gourmandise sera exposée durant le salon Art en Capitale avec Les Artistes Français
Dates : Du Mardi 22 Novembre au Dimanche 27 Novembre (nocturnes les jeudi 24 et samedi 26 novembre)

2010

Salon des Artistes Châtillonnais Espace Maison Blanche 2 avenue Saint-Exupery 92320 Châtillon
du 8 au 24 octobre 2010

54 ème Salon des Arts de Taverny Place Charles de Gaulle - Taverny
du 25 septembre au 10 octobre 2010

Salon des Artistes Français Exposition Art en Capital - Grand Palais Paris 8ème
du 23 au 28 novembre 2010 - vernissage mardi 23 nov. de 17h à 22h 30

2009

Janvier Salon de Charenton Espace Art et Liberté
Grand Marché d'Art Contemporain Bastille Paris 4éme

Salon des Artistes Français - Grand Palais Paris 8ème

 Image
 Image
2008
Avril Salon des Indépendants Paris 17ème
Septembre Exposition Galerie Thuillier Paris 4ème
Décembre exposition avec les Artistes Français Grand Palais Paris 8ème
Exposition Salon des Indépendants Grand Palais Paris 8ème
 

2007

Mai Invitée d’Honneur au 15ème salon de Chambourcy
Décembre Exposition Salon des Indépendants Grand Palais Paris 8ème
Décembre Invitée d’Honneur à Poissy 78


2006

Mai 1er Prix Peinture 14ème Salon de Chambourcy
Mai Grand Marché d’Art Contemporain Bastille Paris 4ème


2005

Mars Galerie RAM Paris 18ème

2004

Octobre : Grand Marché d'Art Contemporain Bastille Paris 4éme
Galerie Le Musée Privé 139, rue Cardinet Paris 17ème
Galerie ARTMONTI Ile Saint Louis Paris 4éme
Mai: Grand Marché d'Art Contemporain Bastille Paris 4éme
"Le Dos de la Baleine" restaurant Paris 4éme

2003

Exposition ARTEC Carrousel du Louvre
Roissy Charles de Gaulle


2002

Exposition permanente à la galerie Marie g. de New York, Etats-Unis
Invitée d'honneur à l'exposition Ateliers des arts à la Grange de Poissy
Exposition collective au Grand Marché d'Art Moderne et de Création de Nantes
Exposition collective à Düsseldorf, Allemagne


2001

Le grand marché d'art Contemporain de Chatou
Assemblée Nationale Salon Lucie Faure


2000

Exposition collective à Düsseldorf, Allemagne
Roissy Charles de Gaulle aéroport


1999

Roissy Charles de Gaulle aéroport


1998

Expositions dans plusieurs villes
Mairie de Houdan

Collection Baronne Veselinka de Rothschild

Le mot de l'artiste
"A travers ma peinture, je réinvente le monde... mon monde afin de faire évader le spectateur par l'esprit."

Contact : Le Musée Privé Paris

 AUDE ALLONVILLE :

"SEDUIRE DISENT-ELLES" PAR JEAN-PAUL GAVARD-PERRET

Moulée dans les lutrins paisibles du langage (apparemment) admis, la peinture d’Aude Allonville est crépusculaire et lunaire. Elle est aussi insidieuse  et vénéneuse à souhait car elle est faite pour extraire l’être du discours de sa raison et le replonger dans les affres de son inconscient.  La bête se réveille en lui à travers des psaumes visuels propres à créer certains spasmes ou plutôt des spasmes certains.

Mais il y a bien plus. Derrière les feintes d’apparats, de stupre,  de luxure et d’espoir de fornication la solitude est  là. Contempler les femmes de l’artiste revient à pénétrer leur cratère existentiel ou plutôt leur abîme que seul sauve les apparences. Souvent la femme possède un visage marmoréen avide de caresse sans paroles comme si ces dernières ne pouvaient fomenter que des mensonges. La peinture ne glane et rassemble que des  moissons nocturnes d’incertitude. Le corps de chaque femme est harnaché autant d’interrogation que de désir. Derrières leurs heaumes et leurs harnais de prêtrise libidinale les séductrices sont donc bien plus qu’un leurre.

La lucidité de l’artiste le sait parfaitement. Elle engendre par sa stratégie picturale des êtres uniques dont rêvent les fantômes et les fantoches jusqu’en leur petit matin. Ils espèrent pourvoir les posséder et ressortir en fornicateurs fourbus, en Janus somnolents. Mais d’eux rien ne sera dit ou montré. Sinon qu’ils resteront comme l’est celui qui regarde les toiles : des voyeurs et qu’Aude Allonville considère comme tels. L’artiste balaye leur logos éphémère car elle a mieux à faire.  Elle fouille et exhume les ténèbres des femmes des frissons et des rafales. Elle en remont(r)e les traces. D’une certaine manière, elle ne peint que pour ça.

Chacune de ses toiles en ses décors sublimes force la porte interdite de celle qui s’y tient offerte et piégeuse à la fois. Le langage pictural porte au zénith le corps pour que s’ouvre avec lui une étrange médiation sur le désir comme sur la mort. Sur le passage du temps aussi. Jouant des couleurs des pigments et des attributs de la mode l’artiste fait remonter des connaissances oubliées dans les nuits de dérive parfois gothique. Elle fait du regardeur le fou ruminant sa pesanteur de viscères.

Autour de chaque « fantôme » louvoie une forme de volupté : caresse du regard sur la peau afin de remonter l’histoire - du moins  ce qu’on en sait. Peindre pour Aude Allonville revient rentrer en vibration, à mettre de l'ordre et du silence dans un univers de pénétration et épuisement. Surgissent autant la présence que sa faille afin que naisse une sensation de vertige pour la pure émergence.

Chaque portrait crée un cercle mais aussi l’arête vive d’un seuil. Dans sa majesté suprême la toile devient errance et traversée des apparences par les apparences. Ne reste parfois - comme après la pluie - qu'une goutte d'eau pendue aux tiges. La femme ne demande pas grâce : elle pose pour l’artiste et s'en va dans l'énigme de l'air.  Restent deux seins dressés comme deux majuscules. On ne les touchera jamais. Mais ils ne sont pas fait pour ça. L’image en plus belle du monde ne donne que ce qu’elle a : un reflet donc un piège. Il se ferme sur le regardeur parce que l’artiste fait le coup de la tapette à rat (car la « souris » s’en va…).

Chaque toile est donc un lieu où il est sans doute bon de se rincer l’œil. Mais le danger est de le perdre avec l’eau de son bain. Aude Allonville joue avec le désastre de la distance. A travers ses espaces nous ne pouvons que constater notre absence. La peinture témoigne de la réalité à travers ses fantasmes en ses roses cendres, ses fleurs blanches et mauves. En conséquence les toiles nous vident parce que de manière perverse l’artiste fait que les fantasmes jubilent. Au besoin elles les raniment afin qu’ils repoussent comme du chiendent. C’est là où l’artiste trouve son plaisir. Mais comme elle n’est pas avare elle le fait partager afin qu’avec elle au matin nous plongions  dans les gouffres de l’oubli.

Pour l’heure face à l’homme bandé comme une arbalète chaque femme peinte  - fière de ses deux mangues de Satan qu’elle néglige de cacher - lève ses yeux en comètes d’acier. Qu’a-t-elle à faire de la fidélité ? Chacune est  accrochée à la nuit et cultive le myrte dans son jardin suspendu et secret. Elle semble savoir que seule l’érection fertilise l’âme androgyne qui règle la naissance des éclairs. La lune au poing elle en appelle aux orages et aux organes nocturnes. Au petit matin quand les nuages se seront arrêtés et avant de quitter l’amant d’une nuit elle lui promettra une autre soif et la possibilité d’une future tempête sur un lit du bois le plus rare. Celui des forêts de Martinique. Du bois veiné de sperme et ocellé des fleurs fossiles des lianes.  La joie serait à ce prix mais le mâle reste trop petit pour un tel destin. Heureusement la peinture est là afin de la lui rappeler.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice